Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

La Déperdition Des Valeurs Au Sénégal

Posté par: Mouhamadou Ba| Vendredi 23 mai, 2014 15:50  | Consulté 1968 fois  |  0 Réactions  |   

 

Le Sénégal des multiples et grandes confréries ; le Sénégal des nombreux évènements religieux ; le Sénégal des jolies mosquées longs minarets ; le Sénégal des villes saintes rythmées et illuminées par les prières, khassaids, récitations de coran, wiirds, retraits spirituels de Dakar à Medina Gounass en passant par Tivaoune, Touba, et Kaolack. Le pays d’El hadji Oumar Foutiyou Tall, de Cheikh Ahmadou Bamba Ba, d’El hadji Malick Sy, de Mame Limamoulaye, d’El hadji Mouhamadou Saidou Ba, et de Baye Niass se métamorphose exponentiellement à des valeurs qui n’ont jamais été les leurs. Tous ces guides spirituels, tout cet arsenal de hautes spiritualités, de sagesses, de courages qui ont tout donné pour l’avènement d’un Sénégal où les enseignements de Mohamed (PSL) basés sur les recommandations et les interdits de l’islam resteront encrer jusqu’au jour de la résurrection. Ce jour qui est la cause de tout le travail qu’ils ont abattu durant tous leurs vivants et qu’ils ont passé à leurs successeurs dans des conditions les plus justes et acceptables. Les Années passent, les khalifats se succèdent mais qui dirait une baisse de la flamme islamique longtemps tenue haute.

Même si la plus grande partie du Sénégal n’est pas née musulmane parce que étant le lieu des païens, ceddos, et animistes depuis le temps des siècles, il va s’en dire que le pays a connu une transformation islamique rapide, organisée, et puissante grâce à ces guides spirituels aux valeurs et mœurs nobles et intarissables, fortes, et irrépréhensibles. Toute l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique du Nord en particulier, et le Moyen Orient en général admiraient cette région qu’était le nôtre acceptait finalement l’existence d’Allah et que Mohamed (PSL) est son messager. Pour magnifier cette reconversion de grandeur islamique, il y’avait lieu de se débarrasser des traditions à essence animistes et d’enseigner aux nouveaux reconvertis les piliers et fondements de l’islam dont le coran qui doit être dans le cœur et l’esprit de tout pratiquant. Des royaumes riverains ruaient vers nos territoires pour s’abreuver des bienfaits de cette religion et les récalcitrants ont vu le sabre de l’islam s’abattre sur eux. Comment en est-on arrivé à la création d’une societe au rythme de « Dakar ne dort pas », « The Choice », Miss Jongoma, des soirees  de sabars, de la lutte, et des émissions importées d’occident ? Ne devons-nous pas avoir peur à cette vitesse de dégradation de nos valeurs religieuses et sociales ? Ou se trouve la responsabilité de chacune des parties concernées : l’Etat, les chefs religieux, les citoyens, et les groupes de Medias ?

Aujourd’hui avec le développement des nouvelles technologies et les effets de la globalisation, le monde est devenu un petit village où les pays les plus séculaires éprouveront d’énormes difficultés pour maintenir leurs territoires inviolés de produits hostiles à leurs histoires, croyances, et réalités. L’establishment de nos sociétés est menacé quand l’occident nous fait rêver, danser, et s’extasier jusqu’à ce que l’on copie et consomme tout ce qui nous vient de là-bas sans retenue ni prudence. Ces lifestyles pas forcement des produits occidentaux, puisés des temps anciens sont portés par une frange de  la population en quête de son identité, son intégration, et affirmation politico-sociale. Le Sénégal a un riche patrimoine culturel, politique et religieux pas des moindres qui ne se ridiculisera aucunement. Les Sénégalais doivent marquer le pas pour s’auto critiquer et s’auto évaluer pour déterminer que le chemin emprunté n’est pas celui que les avaient prédestiné leurs guides spirituels et ne saurait les émerger religieusement et économiquement. Les pays développés et émergents ont eu à un moment de leurs histoires s’appuyer sur des phénomènes et ressources intérieures pour se relancer, le Sénégal peut trouver les mêmes forces dans ce que lui a laissé les guides religieux et les anciens. Même les types de développements économiques ne sont pas copiables à cent pour cent sans émettre des réserves et des spécificités du aux réalités locales des pays consommateurs.

Ces hommes et femmes qui jurent aux noms de leurs guides spirituels non pas par conviction ou croyance mais pour montrer au peuple leurs appartenances à une telle confrérie ou une autre. Il n’y’a rien de ce que les guides religieux recommandent qu’ils appliquent sinon le Sénégal ne serait pas là où il est en ce moment. En 2000 avec l’avènement de la première alternance qui a facilité la libéralisation des groupes de medias et du coup leurs proliférations, l’état n’a pas pu et su harmoniser et mettre en place des politiques de contrôles et de régulations. Il est du rôle de l’état de protéger son patrimoine national contre toute évasion étrangère et contre-courant avec les réalités sénégalaises. Il doit doter le CNRA d’outils efficaces, efficients et adaptés pour mieux surveiller les errements des groupes de médias qui animés par une concurrence folle et immorale détruisent le socle et les barrières des valeurs sociétales de notre pays. Si le CNRA faisant correctement et librement son travail, les sénégalais n’auraient jamais vu Cheikh Gueye (Sanex), invité de l’émission « Yewu Leen » sur TFM du 29 Avril 2014, portait un képi où on pouvait lire « Love- F*ck ». Ces mots qui étaient jusqu’à la étrangers et absents de l’audiovisuel se découvrent au grand jour à notre grande surprise. La vulgarité, l’indiscipline, et le manque de professionnalisme que font montre les animateurs des télévisions sénégalaises sont à dénoncer et à combattre.

S’il y’a un combat légitime, une marche autorisée, et un cri du cœur béni qu’il faut mener au Sénégal se seraient ceux  contre ces groupes de medias. Hier, les guides religieux en toute objectivité, intégrité et partialité connaissaient le bon moment pour tirer la sonnette d’alarme et communier avec la population à chaque fois qu’ils sentaient la société menacée et au bord d’un affaissement sociétal. Aujourd’hui, on ne voit ces chefs religieux que pendant les grands évènements alors que le rappel des prérogatives de l’islam doit être « on the go », permanant et appuyé. Cette complicité qui existe les politiques, les religieux et les propriétaires des groupes de médias devrait constituer un soubassement pour le retour aux valeurs des siècles et décennies qui ont fait la fierté et la réussite de toute une société et de tout peuple sain, respectueux, intègre, riche, entreprenant, et dynamique.

Œuvrons pour le respect des valeurs sénégalaises

Reference de la vidéo citée dans le texte

http://www.sen360.com/video/yeewu-leen-avec-buur-guewel-sanex-et-modou-mbaaye-29-avril-2014-tfm-1634_.html 

Lavoixdupeuple

Mouhamadou Ba

Mhmd_ba@yahoo.com

                                                                                                      

 L'auteur  Mouhamadou Ba
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Mouhamadou Ba
Blog crée le 05/02/2012 Visité 235519 fois 63 Articles 7571 Commentaires 13 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires
PSE : Des Milliards Pour Emerger Le Sénégal Ou Une Elite
LA CAISSE NOIRE DU PRESIDENT, PREMIERE SOURCE D'ARGENT ILLICITE
La Pauvrete Source de Violence au Senegal
Les Medias Acquitent Karim Wade Avant D'Etre Juge
Le Camouflage des morts a la Compagnie Sucriere Senegalaise- Richard- Toll