Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

SI LES MENTALITES SENEGALAISES, ELLES MEMES, REFUSAIENT LE DEVELOPPEMENT

Posté par: Mouhamadou Ba| Lundi 28 octobre, 2013 06:15  | Consulté 2042 fois  |  5 Réactions  |   

A chaque fois que mon esprit traverse les eaux troubles, troublées et troublantes de notre cher pays, le Sénégal, la traversée devient de plus en plus longue, sans issue, et semée d’obstacles qui rendent l’entendement que j’aie à propos de développement économique et social difficile pour ne pas dire impossible. Ce développement économique  ne peut être construit autour de slogans, de promesses irréalisables, d’actions indisciplinés et de la promotion du secteur informel mais plutôt autour d’un programme économique bien étudié, organisé, et actionné sur l’essentiel de la demande sociale. Il est clair et sans équivoque que le Sénégal des sans-abris, des affamés, des inondés, des sans-emplois, des sans couverture médicales, etc… grossit et demeure d’année en année sans que des solutions adéquates et définitives soient mises sur place pour combattre ces faits.

Le choix des dirigeants de procéder par une gestion de vue des affaires de la cite qui elle-même est guidée par des calculs politiciens n’est pas porteur d’issues favorables pour un développement durable. Un Etat repose sur du concret et non sur de la pure démagogie, sur de l’objectif  et non sur du subjectif, et sur une vision forte et bien comprise et non sur du tâtonnement. De simples paroles proférées par le chef de l’état et ses collaborateurs, des marches inopportunes et sans motives de l’opposition ou de la société civile, des perturbations en ne pas en finir enclenchées par les étudiants ou les associations syndicales dans le système éducatif, et l’immixtion des chefs religieux dans la conduite des affaires de l’état facilitée par les dirigeants qui sont plus préoccupés à rendre services à ces demi dieux que de répondre aux doléances d’un peuple qui agonise ne favorisent aucunement l’avènement du changement.

Ça demande une courageuse action politique de la part du chef de l’état pour amorcer la rupture tant attendue par les sénégalais. Cela commence par redresser la barre du bateau où sont embarqués son propre camp et ses souteneurs et alliés politiques qui ne rendent pas un grand service à l’action gouvernementale et à eux-mêmes. Quand des proches collaborateurs de notre cher président de la république défendent, sans embarras et ni retenu, les indésirables actions, le manque de visions et les mauvais jugements du régime actuel comme étant moins malheureux, moins dangereux, et moins organisés de ceux des régimes passés, c’est vraiment prendre les sénégalais pour des moins que rien et oublier les conditions difficiles qui ont précédées l’arrivée de Macky Sall au pouvoir.

Ces direct ou indirect collaborateurs qui manquent de sincérité et d’emprise patriotique, la plupart animés par du « self-service » et du « self made » que pour l’intérêt national s’érigent en sentinelles pour bloquer les engagements pris par Macky Sall quand il briguait l’office du Président de la république du Sénégal. Il doit y avoir une corrélation communicative efficace, maitrisée et permanente entre le président et ses collaborateurs s’adressant au peuple et aux acteurs de développement. Le peuple sénégalais ne doit pas être mis devant le fait accompli et n’est pas demandeur d’un tel scenario qui serait de le pousser a être nostalgique de l’ancien régime qui mettra au grand jour les limites et faiblesses de ce president.

Le régime Wadien est le principal responsable des moments difficiles que vit le peuple en ce moment. Ces derniers jours, il y’a une publicité gratuite et ourdie orchestrés par des gens et des institutions sous l’ombre pour hausser l’image de Karim Wade et le dédouaner des accusations qui pendent sur son coup. Ce sont ces mêmes personnes et ces mêmes institutions qui l’avaient combattu quand il était au pouvoir. Il faut au moins respecter les 65% des électeurs qui ont eu l’audace de choisir Macky Sall comme leur présent chef, c’est ça aussi la démocratie, des gagnants et des perdants. Il est très tôt de vouloir ou de faire oublier cette gestion monarchique, nébuleuse, et indigne des libéraux qui a mis le Sénégal à genou et à nu.

Ce régime libéral avait choisi de créer des multi et super milliardaires avec l’argent du contribuable que de s’adonner à éradiquer la pauvreté. Si les accusations portées contre Karim Wade et ses collaborateurs s’avèrent vraies, il n’est pas question qu’il sorte de prison même s’il remboursait tout l’argent pris, à forte raison lui donnait un statut présidentiable. Une république forte sous-entend des institutions fortes et pas des hommes forts pour paraphraser Barack Obama, donc ces hommes qui ont osés pillés les caisses de cette république ne la respectent aucunement. Ces hommes ne peuvent pas être qualifies sous aucune réserve pour diriger les affaires de l’état des moins aux plus importantes. Ces pilleurs hors loi et hors norme doivent subir des sanctions allant jusqu’à leurs suppressions de la vie politique sénégalaise et en toute conséquence.

C’est inacceptable, écœurant  et ahurissant que des gens sans cervelles ni retenus, plus particulièrement les libéraux, essaient de politiser des questions d’ordres souverains et sensibles pour des gains purement politiques. A des moments aussi difficiles et incertains que traverse le peuple, l’appartenance et la dévotion a un parti ou a un autre ne devrait pas etre a l'ordre du jour pour rendre service a cette devise nationale qui rassemble tous les sénégalais sous une seule bannière qui est Un Peuple, Un but, et Une Foi. Quand le peuple a besoin de ses citoyens pour écarter la souffrance, le danger, et la peur qui le tiennent ce serait vraiment comprendre mal la marche de la politique que de vouloir entreprendre le denigrement du camp oppose ou le lancement de coups bas.

C’est tres malheureux de constater que les dirigeants politiques ne savent toujours pas prévenir les catastrophes et attaquer le mal alors qu'il est vivant, ils preferent que ce mal emporte tout sur son passage. Le feu du marché Sandaga, tout le monde le voyait venir et s’est tombé il faut en tirer les leçons et mener une investigation cohérente et impartiale de la cause de ces braises pour que cela ne se reproduise plus. Nous sommes appeles a etre des compatriotes engages pour la cause de la nation meme dans les situations les plus difficiles; rien ne sert de courir il faut partir a point. Tout un chacun de nous a une  part de responsabilite des malheurs qui s'abattent sur le Senegal d'une maniere ou d'une autre. Le naufrage du bateau le Joola s’était sous l’ère Wade et personne n’avait manifesté dans la rue pour demander le retour d’Abdou Diouf ou procédé à des casses des biens de l’état. Il faut avoir un esprit citoyen envers le patrimoine bâti, si on n’a pas beaucoup on doit préserver le peu qu’on possède.

Lavoixdupeuple

Mouhamadou Ba

Mhmd_ba@yahoo.com

 L'auteur  Mouhamadou Ba
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (5)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Yerim En Octobre, 2013 (22:50 PM) 0 FansN°:1
Je pense que nous devons prendre exemple sur la chine. Commencer par la discipline, l'instruction, l'éducation, et travailler. Le problème, beaucoup quitte le village pour venir faire le bana-bana. Chacun pense êetre le maître de la rue. Chacun veut appliquer sa loi. Chacun veut faire à sa tête. Personne ne veut cooporer quand ll faut. Chacun se met en position de force. Nous devons aussi comprendre que l'état à son mot. On s'installe d'une manière anarchique pour vendre, on construit dans des zones où il ne faut pas, et après on récolte les inondations et on accuse l'Etat. Le problème nous devons changer notre façon de nous comporter notre façon de faire, on doit être discipliné. Mais , tout ce qui se passe on accuse l'Etat et les autorités, et pourquoi pas nous ? Si parfois l'Etat a une part de responsabilité sur certains événements mas les 65 % des problèmes viennent de notre comportement. Nous faisons des enfants pour les mettre à mendier dans la rue. Où sont les parents ? Quelle éducation aura l'enfant de la rue? Le pauve gamin il essaie de survivre à travers les minimes dons. Pourquoi nous n'essayons pas de créer, car nous sommes doués, exploiter notre intelligence est se mettre plus au travail qu'aux fêtes. Pourquoi s'endetter pour faire un baptême fastidieux ? Pour le paraître est important ? On se prive pour être à la mode, mais on ne pense pas créer de mini-industries. On se limite à être bana-bana ....
Alassane En Octobre, 2013 (19:28 PM)0 FansN°: 1141457
Commentaire très pertinent.

Sur le dernier point, celui de la natalité, inspirons-nous de la Chine de manière moins violente et moins brutale que les Chinois. Il faut faire comprendre au gens qu'on fait des enfants que si on a les moyens financiers de les assumer et de leur assurer un avenir. Il faut trouver une façon de limiter les naissances dans les familles trop pauvres pour donner des conditions dignes à leurs enfants.

Trop de Sénégalais sans revenus font des enfants uniquement parce qu'ils ne font pas attention et pas parce qu'ils désirent ces enfants. Je connais des gens au village qui ont 9-10 enfants. Ces gens continuent à faire des enfants sans réfléchir alors qu'ils ont déjà des difficultés à assurer la subsistance des premiers nés. Parfois des enfants disparaissent. Nombreux ne sont même pas déclarés officiellement. L'Etat doit agir. Ces enfants ne sont souvent pas scolarisés et finissent par mendier ou partir immigrer clandestinement.

Ces familles si elle ne faisaient que 2 ou 3 enfants arriveraient pourtant à leur offrir une vie à peu près descente.
Anonyme En Octobre, 2013 (17:48 PM) 0 FansN°:2
u as raison man
Bill En Octobre, 2013 (02:15 AM) 0 FansN°:3
Faut-il définir l'état! Ce qu'on entend par ce mot. Recusons le mot "contribuable". En quoi contribuons-nous? Quel est le taux d'imposition que le citoyen paie? Avec quel argent, le Ptd. distribute-t-il à New York ou en Europe? Quel est le chef d'état qui offre des biens matériels, et ait à gérer leur patrimoine? Tout lui appartient. Le Senegal s'est constitué en un ensemble territorial, au moment où les nations européennes ont abouti à une pérennité. Sachons nous sacrifier pour implanter un état-nation d'abord, dans sa territorialité, son tissu social et sa souveraineté organisationnelle, voire institutionnelle. Comment conciliar un état de droit et les pesanteurs socioculturelles? Le Vatican n'a rien à voir avec l'Italy. Le natural born citizen est souvent évoqué depuis la constitution américaine. l'unité africaine serait-elle le socle des états africains? Consolidons la formation des états en emulation constructive. Acceptons d'avoir un chef or un leardership citoyen dans un patriotism éprouvé.
AB En Octobre, 2013 (14:14 PM) 0 FansN°:4
Bien vu merci

Ajouter un commentaire

 
 
Mouhamadou Ba
Blog crée le 05/02/2012 Visité 229291 fois 59 Articles 7063 Commentaires 12 Abonnés

Posts recents
LE SENEGAL BRULE ET MACKY SALL SE BALADE DANS LES AIRS
L’ACCROCHAGE INFERNAL ET PROGRAMME DE MACKY SALL AU POUVOIR INQUIETE
LE DEVELOPPEMENT DU FOUTA SE FERA SANS LES POLITICIENS TRADITIONNELS
LA RECUPERATION POLITIQUE JUSQUE DANS NOS CERCEUILS
LE PEUPLE VEUT GAGNER LA GUERRE A COMMENCER PAR LA BATAILLE DU 19 AVRIL
Commentaires recents
Les plus populaires
La Pauvrete Source de Violence au Senegal
LA CAISSE NOIRE DU PRESIDENT, PREMIERE SOURCE D'ARGENT ILLICITE
Les Medias Acquitent Karim Wade Avant D'Etre Juge
PSE : Des Milliards Pour Emerger Le Sénégal Ou Une Elite
Le Camouflage des morts a la Compagnie Sucriere Senegalaise- Richard- Toll